La seigneurie de Dombourg fut concédée en 1653 à Jean Bourdon, arpenteur et ingénieur de Québec. C’est sous son troisième seigneur, Nicolas Dupont, sieur de Neuville, que l’érection de la paroisse Saint-François-de-Sales de Neuville eut lieu.

Au moment de son érection canonique, le 3 novembre 1, une chapelle de bois dessert déjà les fidèles depuis 1679[1]. Devenue trop exigüe, on entreprend la construction d’une première église de pierre, entre 1696 et 1715[2].

Celle-ci sera transformée progressivement, en plusieurs sections, du chevet à la façade. Les premières transformations débutèrent en 1761, alors que l’on érige un chœur plus spacieux et annexe une sacristie. Puis, en 1783, on ajoute un transept qui accueille les autels latéraux (1801). Le décor intérieur est richement sculpté par le trio de Trois-Rivières : François Normand, François Lafontaine et François Routier. Conçu dans l’esprit du 18e siècle, il est le plus ancien décor du genre dans la MRC.

En 1837, les travaux reprennent, cette fois pour agrandir la sacristie , maintenant sur deux étages. Puis, en 1854, on modifie radicalement l’aspect du temple : la vieille nef est démolie pour en édifier une plus vaste à trois vaisseaux dont le décor sobre, réalisé par Toussain Vézina et Augustin-David Dussault, contraste avec l’ornementation abondante du sanctuaire.

Ces changements majeurs obligent une refonte de la façade d’où la mention 1854 à l’entrée du portail. Cette église, au plan dit récollet, présente un chevet à pan coupé, une particularité rare dans les églises du Québec.

L’église de Neuville comporte de nombreux éléments de décor enviables dont 27 toiles d’Antoine Plamondon, le maître-autel de Baillargé (1802), un trône curial des trois François (1828), des vitraux de J.P.O’Shea de Montréal, la chaire de Toussaint Vézina (1856) et son abat-voix ajouté en 1930, sans oublier son exceptionnel baldaquin(1695) attribué à Jacques Leblond de Latour[3]. En 1965, le ministère des Affaires culturelles procède au classement du sanctuaire, du baldaquin, du maître-autel et de l’orgue de Napoléon Déry.

Depuis 2015, l’église appartient à la Ville de Neuville et abrite la bibliothèque municipale Félicité-Angers, inaugurée en décembre 2017. La nef a été désacralisée tandis que le chœur abrite toujours des activités pastorales.

Visitiez ce SITE WEB, pour voir la série de photo des travaux de construction et d’aménagement de la bibliothèque.

Visitez la PAGE FACEBOOK de la bibliothèque municipale Félicité-Angers pour plus d’information.

BÉLAND, Mario. Louis Jobin, maître sculpteur [ Québec et Montréal], 1986

BÉLAND, Mario. « Les Monuments de bois : ces autres disparus », Continuité (Québec), 49 (1991), pp. 33–37

BÉLAND, Mario. JOBIN, LOUIS (baptisé Louis-Jean-Baptiste) dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 15 Université Laval/University of Toronto, [En ligne], < http://www.biographi.ca/fr/bio/jobin_louis_15F.html >

BÉLAND, Mario, Antoine BOUCHARD et John R. PORTER. « Œuvres d’art de l’église de Saint-François-de-Sales ». Commission des biens culturels du Québec. Les chemins de la mémoire. Biens mobiliers du Québec. Tome III. Québec, Les Publications du Québec, 1999, p. 84-88.

BOURGET, Charles. « L’église Saint-François-de-Sales de Neuville. Le chœur et son baldaquin baroque ». Fondation du patrimoine religieux du Québec. Fondation du patrimoine religieux du Québec [En ligne]. <http://www.patrimoine-religieux.qc.ca>

DEROME, Robert, dir. « « L’art ancien du Québec et Gérard Lavallé. Actes du colloque hommage tenue le 25 mars », mai 2002, Éditions de l’Université du Québec à Montréal, 108 p. ill.

KAREL, David, « Henri Angers » dans Dictionnaire des arts et langue française en Amérique du Nord, Musée du Québec, Les presse de l’Université Laval, 1992, p. 13-14.

LACROIX, Laurier, « De la chronique à la polémique : le regard informé d’Antoine Plamondon (1804-1895) », Les Cahier des dix, numéro 65, 2011, p. 159 à 179.

LAVALLÉ Gérard, Anciens ornemanistes et imagiers du Canada, Ministère des affaires culturelles du Québec, Québec, 1968, 98 p. ill.

MORISSETTE Rémi, Hommage à nos sculpteurs : Henri Angers, Louis Jobin et Fabien Pagé. Neuville, Société d’histoire de Neuville, 2006, 186 p. : ill.

MORISSETTE Rémi, Antoine Plamondon et ses peintures dans l’église de Neuville. Neuville, Société d’histoire de Neuville, 2004, 32 p. : ill.

MORISSETTE Rémi, Hommage au sculpteur Henri Angers. Neuville, Société d’histoire de Neuville, 2010, 78 p. : ill.

NOPPEN, Luc, Les églises du Québec (1600-1850). Québec, Éditeur officiel du Québec, 1977, 298 p. ill.

TREMBLAY, Marie-Hélène, « Église Saint-François-de Sales » dans Inventaire du patrimoine religieux, Société des musée québécois, 2012

TRUDEL, Jean. « Leblond de Latour, Jaques ». Bibliothèque et Archives Canada. Dictionnaire biographique du Canada [En ligne]. <http://www.biographi.ca>

PAYER, Claude. « Trésor national sous examen ». Continuité. No 119 (2008), p. 11-13.

PORTER, John R. « L’ancien baldaquin de la chapelle du premier palais épiscopal de Québec, à Neuville ». Annales d’histoire de l’art canadien / Journal of Canadian Art History. Vol. VI, no 2 (1982), p. 180-201.

PORTER John R. et Mario BÉLAND, Antoine Plamondon 1804-1895 : jalons d’un parcours artistique. Québec, Musée national des beaux-arts du Québec, 2005, 111 p. : ill.

PORTER John R. « Antoine Plamondon » dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 12, Université Laval/University of Toronto, 1998, [En ligne], www.biographi.ca/fr/bio/plamondon_antoine_12F.html

PORTER John R. et Jean Bélisle, La sculpture ancienne au Québec, trois siècles d’art religieux et profane. Montréal Édition de l’homme, 1986, 503 p. ill.

Répertoire du Patrimoine Culturel du Québec, « Déry, Napoléon », , Ministère de la Culture, des communications et de la condition féminine, 2013, [En ligne], <http://www.patrimoine-culturel.gouv.qc.ca>

Répertoire du Patrimoine Culturel du Québec, « Baldaquin d’autel », Ministère de la Culture, des communications et de la condition féminine, 2013, [En ligne], <http://www.patrimoine-culturel.gouv.qc.ca>

Répertoire du Patrimoine Culturel du Québec, « Vézina, Toussaint », Ministère de la Culture, des communications et de la condition féminine, 2013, [En ligne], <http://www.patrimoine-culturel.gouv.qc.ca>

Répertoire du Patrimoine Culturel du Québec, « Baillargé, François », Ministère de la Culture, des communications et de la condition féminine, 2013, [En ligne], <http://www.patrimoine-culturel.gouv.qc.ca>

Lieux patrimoniaux du Canada, « Chœur de l’Église-Saint-François-de-Sales », Parc Canada, [En ligne], <http://www.historicplaces.ca/>

SIMARD Jean, Les Arts Sacrés au Québec. Montréal, Édition de Mortagne, 1989, 110 p. ill.

[1] Luc Noppen, Les églises du Québec (1600-1850), Québec, Éditeur officiel du Québec, 1977, p. 150.

[2] Hélène Bourque, dir. Les églises et les chapelles de Portneuf, Cap-Santé, M.R.C. de Portneuf, 2000, p.28-30.

[3] Selon la vaste étude du baldaquin menée par John R. Porter, sa réalisation serait attribuée soit au séminariste Denis Mallet ou au sculpteur Jacques Leblond de Latour. L’analyse formelle comparative réalisée avec des éléments décoratifs de l’église de la Côte-de-Beaupré font pencher l’historien de l’art pour l’œuvre du sculpteur.

Projet réalisé par

Équipe

DIRECTION TECHNIQUE
AARON BASS

RECHERCHE
LAURA TROTTIER

RÉVISION DES TEXTES
ÉLIANE TROTTIER

PHOTOGRAPHIE
DENIS BARIBAULT

VISITE PANORAMIQUE
EMY VALLIÈRES

INTÉGRATION WEB
SIMON PARADIS-DIONNE

Ce projet a été rendu possible grâce à